Visit of Mljet (Croatia) MEDFORVAL site - Visite du site MEDFORVAL de Mljet (Croatie)

1 post / 0 nouveau(x)
Visit of Mljet (Croatia) MEDFORVAL site - Visite du site MEDFORVAL de Mljet (Croatie)

The MEDFORVAL secretariat was in Croatia in May to visit Mljet Island.

Photo by Marine Lovero

As part of the follow-up of the integration of Mljet National Park site in the MEDFORVAL network, Marine Lovero (AIFM), Valentine Plessis (AIFM), Pedro Regato (consultant) and Dijana Vuletic (Croatian Forest Research Institute) spent two days on Mljet island, in Croatia, meeting the management body and visiting the site.

 

Meeting at the National Park

Participants: Dijana Vuletic (Croatian Forest Research Institute), Osvin Pecar (Mljet National Park), Jakov Nodilo (Mljet National Park), Marine Lovero (AIFM), Valentine Plessis (AIFM), Pedro Regato (consultant)

 

National Park was created in 1960, it was the 1st marine protected area in the Mediterranean basin. Mljet never was really populated and desertification was never caused by agriculture, but more by planting a species of Chrysantemum. The Park isn't well perceived by the population of the island.

Osvin Pecar says that the major issue of Mljet National Park is that there are only 2 high educated people in the staff. There are 4 to 12 rangers in the staff, depending on the season, and 40 to 75 employees.

No money comes from the State. The Park depends of the Ministry. Only touristic activities provide money to manage the Park, and it only provides the salaries. There is not enough money to do whatever the Park wants to do. In Croatia, taxes for environment are payed by every institution, from hotels to shop but nothing goes to the parks.

 

There is not a lot of forest management, says Osvin, forests are naturally growing, except for fire threats. The forest (Pinus halepensis) is over growing on agricultural areas. Agriculture sector can log whatever it wants, there are no real rules or legal framework.

 

Park is owned by the State at 10%, and by the Church, who is the biggest owner, and private owners are holding the rest.

 

The Park is about 3100 ha and cover 1/3 of the island. 37% of the island is Natura 2000.

 

Some areas are not allowed for touristic activities because of their value, and there is no management, only natural fire management.

The main economic activities on Mljet are tourism and agriculture.

About tourism, it is principally diving, snorkelling, cycling or trekking activities. Entrance of the park is 80 kunas (about 10 €). All touristic services are private.

 

Agricultural lands are spread and owners are sharing little areas. Heritage is a problem, because every children owns a part of their parent’s land. But the cadastre is more or less accurate. Owners are not systematically in Croatia, they emigrated. Not a lot of effort has been put in agriculture nowadays: for example, there are no cooperatives.

 

Osvin says that forest is just a habitat like others and the Park doesn't want to focus on it. In the same time, monitoring could be great to be put in place. The main issues of the forest management in the Park are little patches of fire and ecological succession. There is no pollution problem. There is illegal hunting but the preys are considered as invasive species such as wild goats and wild boars, so it is tolerated. There is a good fire surveillance system, with enough equipment and fire towers. Cut-fires are used to gain better access to fires or to start counter-fires. There are 47 km of cut-fires, used in rotation because of the high speed growing of the vegetation. Fires occurs naturally in 85% of the cases, and 25% via negligence. The last fire to occur in the park was in 1983, it burned over 4 ha of forest and was due to lightening.

Old pine forests are one of the main problem, 90% of the fields are abandoned and pines are growing wildly. An invasive species, the mongoose, was introduced as well to kill poisonous snakes. It is now a problem for small mammals and birds.

Values of MEDFORVAL for Mljet

-        experience exchanges

-        Grants

But Osvin doesn't want to be involved in administrative aspects.

 

What could Mljet bring to other sites?

-        experience on non-managed forests

-        Fire fighting

It could be interesting for the park to have monitoring on birds and insects (see with La Massane). Moreover, Osvin would like to be able to have access to Lidar technology to evaluate forests density to collect data and to create a model for fire progression.

Fields trips in Mljet

 

Old growth forest (May 19th)

The first field trip was the visit of an old-growth forest of Quercus ilex with dead woods, which was not managed at all.

The trees in this forest are very old (99 years) and very tall. We know precisely the age of trees because the latest fire occurred in 1917.

The database on diameter of trunks should be done, but we already can note that the trees are about 26 m high.

 

35 years ago, Smilax were bushy and the forest was all covered of it. But now, there is a natural succession and high trees has replaced it. The trees are dying on trunk without damaging the lower layers. Studies are made to collect data on temperature, humidity, etc, as well as to collect seeds because of the interesting genotypes of some of these trees.

 

Mljet big and small lakes (May 20th)

First lake we see is the small one, called Male Jezero, covering 24 ha.

There are plenty of bivalves but no problem to mention, even if the place is very touristic. Touristic activities are walking, swimming, canoeing, biking.

The temperature of the lake can go up to 32 degrees in summer. These particularly warm conditions reveals that species are much bigger than in other natural conditions.

The second lake, the bigger one, is called Veliko Jezero and is 145 ha.

There is an island in this lake, called Sv.Marija, which is 1,5 ha. Jakov explains that if there is so much trees burned, it is because the soil is very rich in iron, which attracts lightening.

 

You can find the .pdf of this visit on this link

 

**************************

Le secrétariat MEDFORVAL était en Croatie en mai pour visiter l'île de Mljet 

Dans le cadre du suivi de l'intégration du site du Parc national de Mljet dans le réseau MEDFORVAL , Lovero Marine (AIFM ) , Valentine Plessis (AIFM ) , Pedro Regato (consultant ) et Dijana Vuletic ( Institut de recherche forestière croate) ont passé deux jours sur île de Mljet , en Croatie , rencontre l'organe de direction et de visiter le site .

Réunion au Parc National

Participants: Dijana Vuletic (Croatian Forest Research Institute), Osvin Pecar (Parc National de Mljet), Jakov Nodilo (Parc National de Mljet), Marine Lovero (AIFM), Valentine Plessis (AIFM), Pedro Regato (consultant).

Le parc national a été créé en 1960, il a été la première aire marine  protégée du bassin méditerranéen. L'île de Mljet n'a jamais été vraiment peuplée et la désertification n'a jamais été causée par l'agriculture, mais plus par la plantation d'une espèce de Chrysantemum. Le parc n'est pas bien perçu par la population de l'île.

Osvin Pecar, du Parc National, estime que le problème majeur du parc national de Mljet est qu'il n'y a que 2 personnes formées véritablement à la gestion de l'environnement parmi le personnel. Il y a 4 à 12 gardes, selon la saison, et de 40 à 75 employés.

L'argent ne provient pas de l'État. Le parc dépend du ministère. Seules les activités touristiques fournissent de l'argent pour gérer le parc, et il ne fournit que les salaires. Il n'y a pas assez d'argent pour faire tout ce que le parc veut faire. En Croatie, des taxes pour l'environnement sont payées par chaque commerce, mais rien n'est réinvestit dans les parcs.

Les forêts, selon Osvin, ne sont quasiment pas gérées, sur Mljet, à l'exception des menaces d'incendie. Les forêts de Pins d'Halep (Pinus halepensis) sont en progression sur les zones agricoles. Il n'y a pas vraiment de règles ou cadre juridique pour la gestion des zones agricoles non plus.

Le parc est la propriété de l'Etat à hauteur de 10 % , et de l'Église , qui est le plus grand propriétaire , et les propriétaires privés gèrent le reste.

Le parc couvre environ 3100 ha, à savoir 1/3 de l'île . 37 % de l'île est classée Natura 2000.

Certaines zones ne sont pas autorisés aux les activités touristiques en raison de leur valeur patrimoniale et environementale, et à part la défense ontre les incendies, il n'y a pas de gestion. Les principales activités économiques sur Mljet sont le tourisme et l'agriculture. A propos du tourisme , les activités snt principalement la plongée, le vélo ou les activités de trekking . L'entrée du parc est fixée à 80 kunas (environ 10 € ). Tous les services touristiques sont privés.

Les terres agricoles sont réparties et les propriétaires se partagent de petites zones morcellées. L'heritage pose problème, parce que chaque génération se partage une partie de la terre de leurs parents. D'autant que le cadastre est plus ou moins précis. Les propriétaires ne sont pas systématiquement en Croatie , ils ont parfois émigré, ce qui complique la tâche. Peu d' effort est mis dans l'agriculture de nos jours: il n'y a, par exemple, pas de coopératives.

Osvin pense que la forêt est juste un habitat comme les autres et le parc ne veut pas se concentrer sur elle. Dans le même temps, la télédetection surveillance pourrait être utile au parc. Les principaux enjeux de la gestion forestière dans le parc sont la gestion des incendies (seulement de petites zones) la succession écologique. Il n'y a pas de problème de pollution. La chasse est illégale, mais les proies telles que les chèvres sauvages et les sangliers sont considérés comme des espèces envahissantes , de sorte qu'il est toléré de les chasser. Il y a un bon système de surveillance d'incendie, le parc est bien équipé et des tourelles de surveillance sont installées. Les coupes-feu sont utilisés pour obtenir un meilleur accès aux incendies ou pour lancer des feux de parement. Il y a 47 km de zones coupe-feu, utilisées en rotation en raison de la grande vitesse de croissance de la végétation. Les incendies sont naturels dans 85% des cas, et 25% arrivent par négligence. Le dernier incendie dans le parc était en 1983, il a brûlé plus de 4 ha de forêt et était dû à la foudre.

 

Les vieilles forêts de pins sont l'un des principal problème, 90% des champs sont abandonnés et les pins se développent d'une manière extravagante. Une espèce envahissante, la mangouste, a été introduit ainsi de tuer les serpents venimeux. Il est maintenant un problème pour les petits mammifères et les oiseaux.

 

 

Les valeurs de MEDFORVAL pour Mljet

- échanges d'expériences

- subventions

Osvin ne veut cependant pas être impliqué dans les aspects administratifs .

Que pourrait apporter Mljet à d'autres sites?

- L'expérience sur les forêts non gérées

- La Lutte contre le feu

Il pourrait être intéressant pour le parc d'avoir un suivi des oiseaux et des insectes. En outre, Osvin aimerait être en mesure d'avoir accès à la technologie Lidar pour évaluer la densité des forêts, recueillir des données et  créer un modèle pour la progression du feu.

 

Visites de terrain à Mljet

Les forêts anciennes (19 mai)

La première visite de terrain a été la visite d'une vieille forêt de Quercus ilex parsemée de bois morts, qui n'a pas été gérée du tout.

Les arbres dans cette forêt sont très vieux (99 ans) et très grands. Nous savons précisément l'âge des arbres parce que le dernier incendie est survenu en 1917.

La base de données sur le diamètre des troncs devrait être faite, mais on peut déjà noter que les arbres sont d'environ 26 m de haut.

il y a 35 ans, les Smilax étaient touffus et la forêt était essentiellemtn composée de Smilax. Aujourd'hui, il y a une succession naturelle et les arbres élevés ont remplacé les taillis. Les arbres meurent sur tronc sans endommager les couches inférieures. Des études sont effectuées pour recueillir des données sur la température, l'humidité, etc., ainsi que pour recueillir les graines des génotypes intéressants de certains de ces arbres.

Mljet petits et grands lacs (20th mai)

Le premier lac que nous voyons est le petitlac. Appelé Homme Jezero, il couvre 24 ha.

La présence de bivalves est importante,  même si l'endroit est très touristique. Les activités touristiques sont la marche, la natation, le canoë, le vélo.

La température du lac peut monter jusqu'à 32 degrés en été. Ces conditions particulièrement chaudes révèle que les espèces sont beaucoup plus grandes que dans d'autres conditions naturelles.

Le deuxième lac, le plus grand, est appelé Veliko Jezero et couvre145 ha.

Il y a une île dans ce lac, appelé Sv.Marija, qui est de 1,5 ha. Jakov explique que s'il y a tellemen d'arbres brûlés, c'est parce que le sol est très riche en fer, ce qui attire la foudre.

glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8